L’approche par compétences,
de la théorie à la pratique


Student Erasing BoardAu fil de ce blogue, il a été question de l’approche par compétences qui s’intéresse à outiller une personne selon ses besoins, plutôt qu’en fonction de connaissances préétablies dont elle ne fera peut-être pas usage. Par exemple, un garagiste qui aura d’excellentes notions de mécanique, d’électronique et de pneumatique ne sera pas pour autant un garagiste compétent s’il ne peut utiliser son savoir pour détecter les raisons de la panne d’un véhicule et pour le réparer.

Le RESDAC, appuyé par de nombreuses recherches, estime que les besoins des adultes moins alphabétisés sont mieux pris en compte avec l’approche par compétences dans un modèle intégré. Cette approche consiste à :

  • Cibler les besoins actuels des apprenants et les situations de vie dans lesquelles ils s’inscrivent.
  • Cerner les compétences nécessaires à la réalisation des tâches propres à ces situations de vie.
  • Accorder du temps à la préparation et à l’ajustement continuel de la formation.
  • Mettre en valeur le rôle de concepteur pour assurer cet ajustement constant des situations d’apprentissage, visant une réponse réelle aux besoins des apprenants.
  • Tenir compte des besoins variés en établissant des partenariats pour que l’apprenant adulte ait accès à l’ensemble des ressources qui lui sont et qui lui seront disponibles.
  • Permettre à l’apprenant adulte de mobiliser le maximum de ressources afin de réaliser diverses tâches complexes, en d’autres mots, d’être compétent.

Electricians Repair PanelIl s’agit d’une approche qui prend en compte à la fois les besoins en matière de compétences, l’évaluation de l’acquisition de ces compétences en cours de formation, et le continuum de services qui pourra être fourni par divers organismes travaillant en partenariat.

Comme le souligne Isabelle Coutant dans son article du présent Blogue intitulé Compétence : un terme en évolution, l’approche par compétences est utilisée dans le monde du travail depuis des dizaines d’années. «Les seules qualités du travailleur ne suffisent plus à le définir, il s’agit désormais d’étudier comment un individu peut réaliser une tâche dans un monde qui se complexifie. On parle alors de compétence…» Il est donc pratique courante dans ce milieu de définir les situations de vie liées au contexte du travail sous formes de tâches et d’y associer les compétences nécessaires à leur réalisation.

Est-ce que cet exercice de traduction des besoins en compétences est également pratiqué dans les autres sphères de la vie d’un adulte, notamment dans le milieu familial et dans la communauté?

Les deux prochains articles porteront sur les types de compétences à développer dans les différents contextes de vie et du caractère transférable de ces compétences.

Julie Campeau



Partager
Mots-clés
Written by admin