Les données recueillies : comment et pour quel usage ?

L’origine des données

Les informations ont été recueillies auprès d’adultes âgés de 16 à 65 ans.

Elles sont divisées en 3 grandes parties :

  1. Une évaluation directe des compétences : littératie, numératie et résolution de problèmes dans des environnements technologiques (RP‑ET).
  2. Un questionnaire sur les antécédents : des informations de base sur le répondant, sur son niveau d’étude, son occupation, ses précédents emplois, etc.). Voir le questionnaire contextuel.
  3. Un module sur l’utilisation des compétences : l’utilisation d’une gamme de compétences au travail et au quotidien, par exemple l’exercice et l’utilisation de la littératie et de la numératie au travail et à la maison.

Quelles informations vont-elles fournir ?

Le PEICA va fournir une mesure comparable sur le plan international en ce qui a trait à la résolution de problèmes dans des environnements technologiques (RP‑ET), ce qui n’a encore jamais été mesuré. L’évaluation de la RP-ET porte sur la capacité de résoudre des problèmes à des fins personnelles ou professionnelles, en établissant des objectifs et les moyens pour y arriver, et en utilisant l’information accessible par ordinateur et par l’entremise de réseaux informatiques. Donc ce n’est pas une mesure de la capacité à utiliser du matériel et des applications, mais plutôt la capacité à utiliser ces outils pour s’acquitter de tâches efficacement.

Le PEICA aussi fournir de l’information sur l’utilisation d’un éventail de compétences au travail et dans la vie de tous les jours, notamment sur le plan de la fréquence et de l’intensité de leur utilisation :

  • Compétences cognitives (comme la lecture, la numératie et les TIC),
  • Compétences non cognitives (comme la capacité de travailler en collaboration ou en équipe),
  • Compétences en communication, en organisation et planification, et capacité d’influence,
  • Habiletés en milieu de travail (comme l’autonomie) et types de compétences utilisées.

Enfin, le PEICA comprend une évaluation de la capacité de lecture des adultes dont les aptitudes sont très faibles en ce domaine, sous le niveau 1 : capacités relatives au vocabulaire imprimé (faire correspondre des mots et des représentations d’objets), à l’analyse sémantique (décider si un énoncé est logique ou non), et à la compréhension de texte (sélectionner les mots les plus signifiants dans un contexte donné).

Sous quelle forme les résultats seront-ils disponibles ?

Le rapport pancanadien publié le 8 octobre placera les résultats du Canada dans un contexte international et comprendra une analyse propre au Canada : étalonnage par province et répartition des compétences selon :

  1. les caractéristiques sociodémographiques,
  2. le niveau de scolarité,
  3. le statut sur le marché du travail,
  4. les compétences des sous-groupes de la population (p. ex. immigrants et Autochtones).

Une série de rapports thématiques seront publiés en 2014 et 2015 à partir des données canadiennes :

  • les compétences sur le marché du travail canadien;
  • les compétences, l’éducation et l’apprentissage des adultes;
  • les compétences des populations de minorités de langue officielle;
  • les compétences des immigrants;
  • les compétences des peuples autochtones;
  • les compétences au quotidien.

Quelles sont les différences avec les précédentes enquêtes ?

Le PEICA s’apparente à l’EIAA et à l’ELCA, mais la portée des compétences mesurées est beaucoup plus grande. L’autre différence importante réside dans le changement d’échelle des évaluations de niveaux du PEICA : les échelles utilisées ne sont pas les mêmes dans les trois enquête. Cependant, certaines des mesures de l’EIAA et à l’ELCA ont été modifiées (et seront disponibles avec la publication du PEICA) pour les rendre comparables.

Les principales différences entre le PEICA et l’EIAA et l’ELCA sont les suivantes :

Le PEICA est la première enquête qui intègre l’utilisation de textes numériques et de leurs caractéristiques (p. ex. courriel, hyperliens, menus déroulants) dans l’évaluation de la littératie.

La taille de l’échantillonnage de l’EIAA était plus petite que celles de l’ELCA et du PEICA, il n’a donc pas toujours été possible de comparer les estimations détaillées et les données de l’EIAA pour des sous-groupes particuliers de la population et certains territoires de compétences. Il est possible de comparer quatre régions : les provinces de l’Atlantique, le Québec, l’Ontario et les provinces de l’Ouest. Les données comparatives pour les territoires du Nord ne sont pas disponibles. De plus, certains pays ayant participé au PEICA n’ont pas aussi pris part à l’EIAA et à l’ELCA.

Dans l’ensemble, ces changements proscrivent une comparaison directe et immédiate.

Il convient aussi de souligner que les comparaisons des compétences entre les enquêtes ne permettent pas de bien comprendre les différences d’aptitudes avec le temps. Une analyse plus poussée est requise pour tenir compte des différents changements socio-économiques, démographiques et institutionnels survenus entre les évaluations des compétences.