Page d'accueilfacebook Nous joindre Carte du site English Imprimer cette page


Histoire d'un virage

2008-2013

 

Enquête internationale sur l’alphabétisme et
les compétences des adultes (EIACA) de 2003

EXEMPLES DE QUESTIONS POSÉES

L'enquête internationale sur l’alphabétisme et les compétences des adultes (EIACA) de 2003 révèle que 56% des francophones au Canada éprouvent des difficultés sérieuses avec la lecture et l'écriture (Niveaux 1 et 2).

Afin de donner un aperçu de ce que constituent les niveaux d'alphabétisme, nous vous proposons 3 questions qui ont été posées lors de l'Enquête internationale sur l’alphabétisme et les compétences des adultes (EIACA) de 2003.

Exemple de question de niveau 1

L’une des tâches les plus simples consiste, pour le répondant, à lire une étiquette de médicament afin de déterminer le nombre maximal de jours de prise du médicament.

En fonction des variables retenues, le type d’appariement est jugé simple parce que le lecteur devait repérer un seul élément d’information qui est énoncé textuellement sur l’étiquette du médicament. L’étiquette ne fait qu’une seule référence au nombre de jours, et ce renseignement figure sous la rubrique « Posologie ». Le type d’information est jugé simple parce qu’on demandait un certain nombre de jours et la plausibilité des éléments de distraction est jugée simple parce qu’il n’y a pas d’autre mention d’un nombre de jours sur l’étiquette du médicament. Au Canada, 22 % des adultes francophones se situent à ce niveau.

Niveau 1

Exemple de question de niveau 2

Une deuxième tâche de compréhension de textes suivis demande au lecteur de lire un article sur les impatientes. Elle demande au lecteur ce qu’il peut déduire de la surface lisse des feuilles et des tiges de cette plante.

Encore une fois, la tâche amenait le lecteur à repérer une information contenue dans le texte; elle est donc jugée simple en ce qui concerne le type d’information. La dernière phrase du deuxième paragraphe, sous la rubrique Apparence, énonce : « La surface lisse des feuilles et la nature des tiges montrent que cette plante a grand besoin d’eau. » Le type d’information est jugé moyen parce que la tâche demandait au lecteur de trouver un état.

La plausibilité des éléments de distraction est également jugée moyenne parce que le même paragraphe contenait une phrase qui pouvait distraire un certain nombre de lecteurs. Cette phrase énonce : « Les tiges (…) sont ramifiées et très juteuses, ce qui, en raison de l’origine tropicale de cette plante, la rend très fragile au froid.» Au Canada, 34 % des adultes francophones se situent à ce niveau.

LES IMPATIENTES

Comme beaucoup d'autres plantes cultivées, les impatientes ont une longue histoire. L'une des espèces les plus anciennes se retrouvait sûrement sur le rebord de fenêtre de grand-mère. De nos jours, des espèces hybrides enjolivent de bien des manières l'intérieur des maisons comme les jardins.

Origine: Les ancêtres des impatientes, soit celles du Sultan de Zanzibar et de Holst, se retrouvent probablement encore dans les forêts tropicales des montagnes de l'Afrique de l'Est et dans les îles côtières, notamment au Zanzibar. L'espèce cultivée en Europe a reçu l'appellation d' Impatiens walleriana.

Apparence: Il s'agit d'une plante herbacée touffue qui atteint 30 à 40 cm de hauteur. Les tiges, épaisses et charnues, sont ramifiées et très juteuses, ce qui, en raison de l'origine tropicale de cette plante, la rend très fragile au froid. Les feuilles, de couleur vert pâle ou tachetées de blanc, sont lancéolées et ovales et ont les bords légèrement dentelés. La surface lisse des feuilles et la nature des tiges montrent que cette plante a grand besoin d'eau.

Floraison: Les fleurs, qui prennent toutes les teintes de rouge, sont abondantes tout au long de l'année, sauf durant les mois sombres; elles sortent de «bourgeons» (situés à «l'aisselle» des tiges).

Variétés: Certaines espèces forment des plantes compactes et basses, d'environ 20 à 25 cm de hauteur, qui se prêtent bien à la culture en pot. Diverses hybrides peuvent ainsi être cultivées en pots, ou dans des jardinières de fenêtre ou en plates-bandes. D'autres variétés à tiges plus longues ajoutent des coloris superbes aux plates-bandes.

Soins généraux: En été, il est préférable de protéger cette plante contre les rayons directs du soleil en la plaçant à l'ombre et, pendant l'automne et l'hiver, de la planter dans un endroit semi-ombragé. Si elle est placée dans un endroit bien éclairé pendant l'hiver, elle a besoin d'une température minimale de 20 o C, tandis que si elle est dans un endroit plus sombre, une température de 15 o C suffira. Si la plante est exposée à des températures de 12-14 o C, elle perd ses feuilles et cesse de fleurir. En terrain humide, les tiges pourrissent.

Arrosage: Plus la plante est dans un endroit chaud et bien éclairé, plus elle a besoin d'eau. Toujours arroser d'eau ne contenant pas trop de sels minéraux. On ne sait trop bien si la plante a besoin d'air humide. À tout événement, ne pas vaporiser d'eau directement sur les feuilles, car cela les tache.

Engrais: Administrer un engrais chaque semaine durant la période de croissance, de mars à septembre.

Rempotage: Au besoin, rempoter au printemps ou à l'été dans une terre légère contenant de l'humus (terreau préemballé). Il est préférable de jeter les vieilles plantes et d'en cultiver de nouvelles.

Propagation: Pratiquer des boutures ou semer de nouvelles plantes. Les semences germent en dix jours.

Maladies: Une surabondance de soleil en été rend la plante ligneuse. Si l'air est trop sec, des aphides, ou petites mouches blanches, peuvent faire leur apparition.

 

Exemple de question de niveau 3

Les tâches qui se situent à des niveaux plus élevés sur l’échelle présentent au lecteur des exigences plus variées en fonction du type d’appariement demandé ainsi que du nombre et de la nature des éléments de distraction présents dans le texte. L’une de ces tâches demande au lecteur de consulter une page d’un manuel d’entretien de bicyclette et de trouver comment s’assurer que le siège est dans la bonne position.

Le type d’information est jugé moyen parce que le lecteur devait trouver et énoncer par écrit deux conditions à respecter. De plus, on ne précisait pas combien de caractéristiques il devait trouver parmi celles qui étaient énoncées. Le type d’information est également jugé moyen parce qu’il s’agissait de trouver une condition; enfin, on a attribué à la plausibilité des éléments de distraction une cote indiquant qu’elle était relativement simple.

Niveau 2

Pour plus d'information à ce sujet, nous vous invitons à consulter les pages 197 à 231 du document intitulé "Miser sur nos compétences : Résultats canadiens de l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA) de 2003 ".

 

Page précédente